51 – Harwood Museum, Dwayne Wilcox, Weaving Southwest, State Route 150, Middle Rd, Hondo Seco Rd, Fin du Jour

Visite du Harwood Museum
Dans la collection permanente, tableaux des artistes de Taos du XXème siècle Henry Cady Well, pour la Morada. De nombreuses femmes dans la collection permanente dont Dorothy Brett pour le tableau des 3 femmes.

Il ya aussi une exposition des dessins de Dwayne Wilcox, indien Lakota. Sur son site il dit :
« why lined paper?
« Beads, cloth, paper… all of which have been introduced around the same time, and it was at a period when natives of the plains were losing their homeland to new conquers and their refusal to give up the right to be free caused many to be imprisoned. Many of the earliest ledgers were done during incarceration. Like bead work, it has become a medium for a traditional style. »
and
why humor?
« In the Lakota tradition there is the Sacred Clown and what drawing reflect that humor, I see that as part of the old values of traditional life ways. »

Inverser le point de vue, utiliser des crayons de couleur et des pages de cahiers d’école. J’adore!

Au 1er étage, des broderies et des peintures sur verre de Rebecca Salsbury James qui habitait Taos, et encore une collection de toutes ces représentations de saints,  de Christ, de Vierges, de Morts avec ou sans carriole, toujours aussi naïves et colorées, mais l’hacienda  Martinez en était remplie et je ne veux plus voir cette Mort qui vient d’emporter Narda et Séverin. Elle est trop présente dans nos vies pour la regarder dans les musées.

En me promenant, un peu d’air, mieux respirer,  j’entre par hasard dans une immense galerie consacrée aux tissages, tapisseries et tapis: Weaving Southwest.

La fondatrice de cette galerie est Rachel Brown, me dit sa petite fille qui me présente les oeuvres de certains artistes et m’explique les différentes techniques et parle avec admiration de sa grand’mère qui était elle-même tisserande et continue de dessiner des projets tissés par d’autres. Il y a 5 ou 6 tapisseries assez petites que je trouve très belles. Elle me dit que c’est une artiste du Colorado qu’ils exposent depuis 5 jours. Et qu’elle est aussi relieuse d’art et utilise dans ses créations des points de reliure. Je lui dis qu’une de mes sœurs est licière et une de mes filles relieuse d’art. Toutes les laines sont teintes à la main, beaucoup avec des colorants naturels. Certains des artistes ont été des élèves de Rachel Brown. On a une vraie impression de passion pour cet art et pour chaque artiste qu’ils présentent et connaissent personnellement.

Encore une fin d’après-midi entre brouillard et soleil, je ne résiste pas et repars vers le nord alors que je pensais rentrer tranquillement et lire. C’est en fait déjà bien tard. Les ciels changent très vite. Fascinée par la relation entre ces mesas aux lignes très strictes, géométriques, les montagnes aux courbes effacées par les brumes, les nuages neigeux, les brouillards, tout ça très mouvant mais essentiellement dans une gamme monochrome du noir au blanc, avec juste les tonalités de gris qui varient du chaud au froid.

Des ciels pas vrais.  A vrai dire mon appareil était passé sur la position crépuscule sans que je remarque, ce qui fait curieusement basculer les couleurs.  Pas tant que ça tellement le rouge colore ce soir la tombée de la nuit. Fin du jour.

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *