73 – Rumsfeld et Ojo Caliente, Achats Américains, Sentiment d’Urgence, la Vie

Amérique, terre de contrastes, du hurlement silencieux contre Rumsfeld au bord de la 64 à la paix whisperisante des eaux d’Ojo Caliente !


9h30. Départ pour aller me baigner dans les eaux chaudes naturelles.
Cela me direz-vous, vous qui me connaissez, ne me ressemble pas du tout. C’est un fait. C’est le genre d’endroit que j’évite, je n’aime pas ces bains où on ne bouge ni ne nage et où on est « serré » tous ensemble. MAIS nous sommes aux USA, ce sont des eaux indiennes, Robbie m’a invitée et on adore parler de photo et de tout le reste, alors…

Me voilà en maillot de bain turquoise clair à bavarder en chuchotant, (il y a écrit partout « no louder than whisper » ou quelque chose comme ça), tout en profitant des bienfaits de ces bassins successifs. Ma peau sera douce et hydratée, mon visage jusqu’à la ligne d’eau bruni par le soleil traitreusement voilé.

« Lorsque les explorateurs espagnols des 15e et 16e siècles ont rencontré les sources chaudes naturelles du Nouveau-Mexique, ils en ont découvert les propriétés curatives que les Indiens connaissaient depuis des siècles.
Les baigneurs modernes savent que, toute exagération mise à part, les eaux minéralisées qui tourbillonnent le long du Rio Grande et des autres voies navigables sont bonnes pour la santé, au-delà de la simple relaxation. Si vous longez les rives suffisamment longtemps, vous rencontrerez de nombreuses sources naturelles. Pour ceux qui n’ont pas le temps de chercher, il existe une poignée de vieux établissements thermaux à la mode, à proximité d’Albuquerque, de Santa Fe et de Taos, où vous pourrez faire la même expérience revigorante que les voyageurs épuisés d’autrefois.
Les sources minérales d’Ojo Caliente 30 minutes de Taos, comprennent plusieurs bassins de minéraux différents : fer, sodium, lithium, soufre et arsenic (oui,c’est bon pour la santé!) Pas besoin de se préoccuper d’étaler sa cellulite ou ses bourrelets de graisse dans cet établissement thermal discret, intentionnellement peu prestigieux, ce qui est un avantage quand on veut juste se baigner. »

Déjeuner, puis Robbie m’entraîne dans un magasin juste à côté qu’elle aime bien.
Et moi aussi. Plein de trucs en tous genres, avec en particulier une gamme impressionnante de vêtements qu’on pourrait qualifier de « hippie renewal », aux imprimés extravagants et – quand j’essaie une tunique juste (!) par curiosité – mettables. Vous devinez, non vous savez.
Je repars avec 2 ou 3 tuniques et une veste en laine bouillie bleu ciel avec des bandes noires et des étoiles d’un gris presque argenté.

Souvenir de l’Amérique, le départ approche, je le sens à l’urgence photographique qui m’assaille, et à laquelle je résiste en continuant tranquillement comme si le temps à venir était infini. Comme pour la vie, comme si…

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *