82 – Big and Little Arsenic Springs, Lamas, Stuart Parle de la Sauvagerie d’Ici, Descente au Rio Grande

Matinée à répondre aux mails. Confirmation de la date de vernissage de l’exposition autour de la revue Conférence à l’abbaye de Port Royal des Champs, le 22 mai.

Aujourd’hui, grand beau, j’ai décidé de retourner dans les gorges où la Red river rejoint le Rio Grande, au nord de Questa. De jour et par le côté du Rio Grande.

Lorsque j’arrive sur le parking d’où part la balade que j’ai choisie « Big Arsenic Springs », il y a un type genre baroudeur, en train de fermer son sac à dos et un camion avec des lamas.

– « Hi, vous avez l’air de quelqu’un qui connaît tout ici.
– « Oui ça fait 20 ans que je me balade par ici. Mais là, sorry, j’ai pas le temps de parler. »
Je lui demande quand même si les pistes se rejoignent en bas et si on peut faire une boucle et combien de temps ça prend.
– « Oui on peut, ça prend une bonne demi journée. » Il a un air complètement inquiet et se dirige vers le sentier.
– « Qu’est-ce qui se passe?  Pourquoi vous laissez les lamas dans le camion? Je peux vous aider? Prévenir quelqu’un? »
– « Non j’ai appelé les pompiers, ils ne vont pas tarder. Un lama a trébuché, et a déboulé dans la pente, il est blessé et a une patte cassée. Il est plus bas sur la piste. »
Il ajoute que ça ne lui était jamais arrivé depuis qu’il organise des balades avec les lamas.
– « Ici il ne faut jamais oublié que c’est vraiment sauvage, il faut toujours faire attention à tout, rien négliger, mais là, on n’y peut rien. On va le remonter, je pense que le vétérinaire pourra faire quelque chose. »

Je lui dis que je compte le suivre car c’est la randonnée qu’on m’a conseillée quand on ne connaît pas.
– « Non, surtout, n’y allez pas, il y a du sang partout et le lama est sur la piste. Excusez-moi, j’aurais bien voulu vous parler des endroits, etc… Là il faut absolument que j’y retourne. Bye. »
Il a raison etde toute manière ça m’a plutôt refroidi,  plus du tout envie de cette balade.

Je repars pour le parking suivant avec la randonnée « Little Arsenic Springs » qui a l’air très équivalente. Croise les pompiers qui ralentissent à ma hauteur.
– « Oui, je viens de le voir, le type aux lamas, il est juste là, à 300m et il est redescendu sur le sentier. » Les pompiers, c’est 2 Indiens plutôt âgés.
Je me demande comment ils vont faire, tout en pensant qu’à 3 expérimentés, sur, ils y arriveront.

Descente par larges étages, et quand j’arrive à celui qui domine le Rio Grande, c’est superbe de découvrir l’eau scintillante entre les arbres et les rochers.
Je descends jusqu’à l’eau. Vraiment  sauvage, comme il disait. Et sur la photo ça ressemble complètement à Pierrefeu!

Reprends la piste et arrive aux sources, les « Little Arsenic Springs », bien sûr.

Remontée. La première partie ça va bien, malgré le soleil encore très très chaud. Qu’est-ce que ça doit être en été? Je traverse le plateau médian, splendide balade, et attaque la dernière partie, beaucoup plus raide. Et peine. M’arrête pour regarder les vautours qui planent dans le vent. Repars, regarde les cailloux, avance doucement. Et lorsque je ne suis plus très loin, vois un banc sous un arbre. J’en profite pour m’arrêter, boire, manger 3 biscuits. Et arrive à la voiture, fourbue mais très contente.

Pendant le retour, je verrai des oies sauvages,  loin, au-dessus de l’autre rive, des daims, un wapiti. Pas eu le temps de prendre de photos. Dès qu’ils entendaient la voiture, ils disparaissaient entre les arbres. Juste un nuage de poussière.

Et bientôt Questa, pas très riche et déjà dans les montagnes.

 

Continue Reading