56 – Discussion avec Michael, Sanctuaire de Chimayo, Film d’Howard Zinn avec Pamela

Longue discussion avec Michael. D’abord choisir un thé dans la cuisine. Puis s’installer dans sa grande pièce et nous voilà partis à parler de l’état du monde,  de la global economy, des Indiens d’ici et d’Inde, de son petit fils que lui et sa femme aiment  tant garder même quand il faut se lever la nuit, ses parents se séparent et c’est difficile pour Alexander et si on peut aider pour que les choses se passent au mieux…  Finalement une heure et demi plus tard, je lui parle de mon idée de monter un projet avec des écrits des Indiens d’ici et mes photos de rivières. Je lui montre les photos que j’ai apportées. L’idée lui plait,
– « Oui j’ai une grande amie peintre qui est indienne, je vais voir avec elle et je te redis… »  Et il ajoute:
– « Tu vas à Chimayo, non? Regarde devant le sanctuaire il y a côte a côte les tombes de mes grand-parents Ortiz ».
Rentre chez moi, enfile une veste, prends mon appareil photo et pars pour Chimayo.
En écho, à l’endroit du miracle dans la petite chapelle, il y aura cet enfant si attentif.

Plein de monde aujourd’hui, tant pis. Visite du sanctuaire, très beau, des petites salles sur le côté, où les gens peuvent venir se recueillir, prier, laisser des mots, des rosaires, leurs béquilles une fois guéris…
Car ici des miracles ont lieu.
En 1810, un moine a soudain vu une lumière éblouissante. En creusant il a trouvé le crucifix miraculeux de El Senor de Esquipulas. Un prêtre a rapporté 3 fois le crucifix à Santa Cruz, et 3 fois le crucifix a disparu et a été ensuite retrouvé dans le même trou. La troisième fois tout le monde a su que El Senor de Esquipulas voulait rester à Chimayo. Une petite chapelle fut construite sur ce site. Les miracles ont commencé et bientôt, la chapelle fut remplacée par le sanctuaire actuel. Et le crucifix de l’autel a perdu son pouvoir miraculeux au profit de la terre de ce trou.

Près du parking il y a cet homme qui fait des petites croix en fil avec juste des successions de noeuds.

Dans le village, je flâne, prends un café et tombe sur ces croix. C’est Bobby Garcia  qui les fait avec les tuiles anciennes du sanctuaire.
Retour par la très belle haute route de montagne.

Arrive juste à temps pour retrouver Pamela et aller voir le film de Howard Zinn dans lequel il a demandé à des acteurs et des chanteurs de prêter leur voix à toutes les « voix du peuple » qui se sont élevées pour combattre les grandes injustices, oppressions de l’histoire américaine.
Matt Damon a contribué à produire le film. Magnifique.

Bonne nuit.

Continue Reading

55 – Temps gris, Superbe Fête, Musique et Rencontres, Artistes et Terre

Patrick (dont j’avais plus ou moins refusé il y a 4, 5 jours l’invitation à une fête pour les natifs des 13, 14,15 mars et la Saint Patrick pour ceux dont les ancêtres étaient arrivés d’Irlande), m’envoie un mail « Marie, halte à la timidité, je viens te chercher à 18h00. C’est chez un ami qui fait de belles fêtes conviviales et musicales, tu viens. » Très hésitante, mais cette insistance chaleureuse me convainc. A 18h00, ce qui me surprend car ici tout le monde est toujours au moins un peu en retard, Luhan, sa femme avec un gâteau (à bougies fines multicolores et en tire-bouchon) sur les genoux et sont là.

On arrive dans la maison du copain avec vue à tomber par terre comme souvent ici, et effectivement la très grande pièce parait parfaite pour les fêtes. Chacun a apporté quelque chose. Les gens continuent d’arriver. On mange, on boit, on rigole, les musiciens installent leurs instruments.

Patrick me présente à Lee, photographe, à Farida, Française d’origine algérienne, chanteuse et qui habite Taos depuis 14 ans, une femme d’origine irlandaise complètement marrante et exubérante vient me parler, je ne sais plus son nom, je retrouve la copine de Carolyn, Alex qui nous avait invitées à cette soirée où j’avais rencontré Luhan et Patrick.

Luhan-Alex
Caryn

D’autres de la même soirée sont là, me disent bonjour, parlent un peu. Et puis Patrick me présente Mark, et on commence une très longue discussion sur ce qu’il fait, vidéo, musique me dit qu’il va me donner un enregistrement à emporter, ce que je fais à Taos, la vie en France, sa femme Caryn entre dans la conversation, me demande si Taos tient la comparaison avec ce superbe pays qu’est la France, me disent ce qu’ils aiment tant ici, l’espace à perte de vue et les gens, moi c’est que les artistes que j’ai rencontrés ont tous un lien avec la terre, une  simplicité et un goût pour rencontrer d’autres artistes, et qu’en France je connais ça dans un petit village, Pierrefeu, où la lumière est un peu la même, la rudesse aussi, etc… comme si on se connaissait depuis toujours.

La musique commence, on ne s’entend plus, juste le temps de me dire qu’ils veulent que je vienne dîner chez eux, échange d’adresses mail.

On danse, on écoute.

A un moment la moitié des musiciens « plient bagage ». Des gens partent. On reste une douzaine.

Les musiciens commencent à improviser d’abord une sorte de tango, puis des trucs plus jazz. Il y a un pianiste, Steve je crois, Gus qui joue de la guitare, Farida qui chante, un violoniste et Patrick à la basse. Steve quitte le piano pour danser. Luhan le rejoint.

Je parle avec notre hôte dont je ne connais pas le nom et dont les peintures-collages sont un peu partout dans la pièce. Et c’est presque la fin de la soirée, juste le temps de faire plus ample connaissance avec le pianiste qui vient me voir et m’explique qu’il se balade partout tout le temps ramasse plein de trucs, que finalement c’est à partir de ça qu’il crée parce qu’il ne voit pas comment faire mieux. « Il va falloir que je me décide à les vendre, demi-sourire, je suis en train de devenir très pauvre. » Patrick range sa contrebasse, on dit au revoir à tout le monde, Farida parle un peu de sa vie ici, adore Taos, sa sœur habite Nice, on promet de se revoir. Notre hôte nous raccompagne, Lee me dit: « Marie, we must talk again », mais on n’a pas parlé du tout.
On se quitte, on arrive chez moi et je remercie Patrick et Luhan de m’avoir un peu forcé la main pour passer une superbe 3eme fête d’anniversaire.

Continue Reading