61 – Développement, les Villes, Jazz chez Manu, Ukraine

Levée tôt, scotche le rideau noir dans la salle de bain, installe mes récipients, mets les produits à 20 degrés Celsius tiens y’a pas le petit rond qui évite d’écrire degré Celsius, en plus il est en fahrenheit!. Et enfin m’y mets. On comprend l’engouement pour le tout digital, Ça va me prendre 3 heures pour développer 4 pellicules. Bon déjà y’a des images. Plus tard, en scannant les négatifs ou en tirant les photos, on saura si c’est bien. Quelques unes me plaisent, comme ça au vague coup d’œil.

Regarde une fois de plus l’histoire de sable d’Ukraine, vraiment  étonnante, que Charles m’a envoyée.

Courte sortie pour profiter du beau temps et puis discussion avec Kristof qui a regardé sur google earth Taos, et d’autres villes pour voir et cela lui donne envie d’écrire sur les villes qui se dessinent dans un temps et un espace donnés. Tiens ça me fait penser au livre d’Italo Calvino, paru il y a bien longtemps et que j’avais tellement aimé.Il me dit que la cave Romagnan où il va souvent, et où son ami Manu fou de jazz organise des concerts, est obligé d’arrêter. Hier a eu lieu le dernier concert. Enormément de monde. Une pétition circule. Peut-être, qui sait? Aura-t-il à nouveau l’autorisation.

Bon je vais rejoindre les autres pour notre dîner du dimanche. Sur le chemin pour se donner de l’appétit, cette glace délicate comme un caramel sur les oeufs à la neige de mon enfance.

Aujourd’hui, on n’a pas trop d’entrain, alors on parle films, théâtre, acteurs, et on rentre tôt. Y’a des jours sans.
Je vais en profiter ce soir, lire au lit ou regarder le film que m’a prêté Pamela, Corporations. Sous les couvertures, le portable sur les genoux, pas mal.

Vous allez pas tardé à vous lever, de l’autre côté de l’Atlantique. Bonjour!

 

 

Continue Reading